10/04/2008

Des nouvelles de Belgacom

Belgacom augmente ses tarifs téléphoniques

Belgacom augmentera ses tarifs à partir du premier juillet pour les communications téléphoniques nationales et internationales. Le prix des communications en Belgique augmentera de 3 % alors que les communications vers l’international seront 2,9 % plus chères, indique Data News. Les nouveaux tarifs sont repris sur le site web de l’opérateur et une lettre a également été jointe à la facture du client.

Merci le fil info du Soir.

Merci également le site Internet du Soir qui m'apprenait hier que, oui, Belgacom a bien profité des intérêts notionnels (http://www.lesoir.be/actualite/belgique/les-notionnels-ra...). Oh, pas beaucoup, juste 32,6 millions €.

Ne me demandez pas combien de minutes de communication cela représente...

On sera tout de même heureux d'apprendre que le salaire de Didier Bellens a augmenté de seulement 2%, soit moins que les communications (3%). Je précise ceci pour faire taire les mauvaises langues qui trouveraient indécent d'augmenter les tarifs. C'est vrai: il ne touche après augmentation que 3,5 millions €/an. 

Ne me demandez pas combien de minutes de communication cela représente...

Benoît

P.S.: Quelqu'un sait-il combien d'emplois ont été créés chez Belgacom via les intérêts notionnels?

11:10 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Cher Benoît,
Les tarifs de Belgacom suivent l'index, sauf que Belgacom est un des fournisseurs de téléphonie et Internet les plus onéreux au monde...
Tout étant relatif, le salaire de Didier Bellens ne présente de l'intérêt que si ce directeur est rentable. L'important est de savoir combien de milliards d'euros il a fait gagner à sa société...
Autrefois, Red Ader avait, le salaire horaire le plus élevé du monde... mais il était le seul à pouvoir rendre réutilisable rapidement des puits de pétrole en feu.
Les directeurs de grande société sont-ils irremplaçables par des personnes aussi compétentes qu'elles... mais payées moins généreusement?
Ça, ce serait une application de la fameuse loi de l'offre et de la demande comme je l'aime! Dommage qu'elle ne soit pas appliquée non plus dans les subsides destinés au social...
Amitiés

Écrit par : Armand | 19/04/2008

Armand
Si compétentes que soient certaines personnes, ne trouves-tu pas indécent de gagner un salaire démentiel? Plus élevé que le salaire de toute la carrière d'un ouvrier?
La loi de l'offre et de la demande ne justifie pas tout. Il y a une demande plus grande pour le Coca que pour la bière de Floreffe: trouverais-tu normal qu'on vende une canette de coca 2000 € pour autant?
Et si le salaire est justifié par les qualités, qu'on fasse un salaire lié uniquement à l'augmentation du bénéfice (pas du chiffre d'affaire) de la société... et qu'on augmente également celui de tout le personnel.
Il est en effet trop facile de demander des efforts au personnel quand l'entreprise va mal et d'augmenter celui du patron quand elle va bien. Je ne te parle même pas des stock options qui peuvent inciter certains patrons à partir, un départ étant plus rentable que de rester.
Benoît
P.S.: J'ai p-e déjà expliqué cette anecdote mais il y a qq années, travaillant pour une filiale d'une filiale de Belgacon, je devais comme tous mes collègues, recevoir une prime tous les ans, un % du brut annuel proportionnel à l'évalution annuelle (de 1 à 5). C'était contractuel et donc un des arguments qui t'incitent à signer ton contrat (ce fameux "package salarial": salaire, chèquer-repas, réducation sur Internet, prime,...). Or le patron décide un jour de ne pas payer la prime... car selon lui, la payer l'obligeait à prélever sur le fonds social de l'entreprise, le fonds qui sert à payer les préavis en cas de restructuration. Bref, nous étions pris en otage: "si je vous paie votre prime -que-je-suis-pourtant-oblié-de-vous-payer, je ne pourrais pas payer vos préavis si la société périclite". Cela ne l'a pas empêché de quitter la société un an plus tard après l'avoir mise au bord du gouffre par sa gestion calamiteuse, et de partir surtout avec un cadeau de 250.000 €. Ce n'était qu'un petit à côté des Bellens et Votron, je sais mais le principe est le même.

Écrit par : Benoît | 19/04/2008

Cher Benoît,
Si un salaire énorme peut être justifié par des bénéfices énormes (le salaire de Red Ader qui permet de produire du précieux pétrole plusieurs mois plus tôt), c'est tout autre chose dans les grosses entreprises à copains politiques.
Si le Koweit n'avait pas payé au "pompier" le salaire qu'il voulait, ses puits auraient mis des mois, voire des années de plus avant d'être à nouveau opérationnels... Il a choisi la solution la plus rentable car on ne peut jamais obliger quelqu'un à faire un boulot qu'il se refuse de faire...
Par contre, pour certaines sociétés au monopole de fait et des dirigeants interchangeables, pourquoi faut-il que quelques politiciens choisissent parmi un petit cénacle de personnes?
Qui veut me faire croire qu'une carte de parti accompagnée d'amis haut-placés valent, à eux seuls, des salaires mirobolants, accompagnés de parachutes dorés pour les moins capables!
Amitiés.
P.S. Je ne parle pas d'éthique mais de logique car je ne fais pas (plus) de politique...

Écrit par : Armand | 19/04/2008

Au fait, la canette de Coca à 2000 euros, je ne crois pas qu'il y aura beaucoup de demande pour une boisson vendue à ce prix, sauf éventuellement un ancien directeur qui ne sait pas quoi faire de l'argent de son parachute doré! ;)

Écrit par : Armand | 19/04/2008

Quand Electrabel, la SNCB, l'EAU, le GAZ, l'ESSENCE, et bien d'autre choses que l'on ne s'apperçois pas vous ne RALER pas, mais quand c'est le téléphone, vous en faites toute un livre

Écrit par : Alain | 08/04/2010

Les commentaires sont fermés.