14/02/2008

« Pas de tabou »

Débat intéressant ce matin sur La Première entre la ministre Laanan (Ps) et Françoise Bertiaux (MR).

 

Intéressant pas parce qu’il a permis d’esquisser une position claire et commune mais au contraire parce que les masques tombent.

Ainsi, le PS est contre la suppression de la publicité parce que celle-ci couvre 25% du budget de la RTBF.

Ainsi, le MR est pour la suppression de la publicité parce que… ben parce que Nicolas Sarkozy est également pour cette suppression.

Bien sûr, Françoise Bertiaux refuse de l’admettre mais démonstration a été faite par Fadila Laanan que le MR était pour une augmentation des publicités sur la RTBF et pour les coupures pub dans les films. Ceci bien avant que Nicolas Ier ne fasse sa sortie qui en a surpris plus d’un.

Bien sûr, cela a surpris car on ne s’attend pas à ce que le PS défende la pub, ni à ce que les libéraux la honnisse. Mais le vrai débat n’est pas d’être pour ou contre la pub : le vrai débat est celui du financement. L’extrait musical choisi pour la ministre disait « comment était-ce avant la pub ? »… mais demandons-nous comment ce serait « après la pub » : 25% de moyens en moins… et 10 à 12% de temps d’antenne à couvrir pour remplacer les espaces pub.

Il n’est donc pas question de défendre la pub : tout le monde préfèrerait s’en passer. En avons-nous les moyens ? Avons-nous une alternative ? Si oui, déposez-là sur la table, Madame Bertiaux.

Je retiens une phrase prononcée comme un leitmotiv par la chef de groupe MR : « Nous n’avons pas de tabou ». Très bien… mais s’il faut comprendre par là « nous pouvons défendre la pub au parlement et la descendre dans les médias », je préfère que vous ayez quelques tabous !

Benoît

P.S.: Je suis de mauvaise foi parce que Mme Bertiaux a fait des propositions. Comme limiter la pub à de la pub d'intérêt général. La publicité qui incite aux économies d'énergie, etc. GRANDE IDEE que nous propose là le MR. Mais a-t-elle la moindre idée de qui finance la plupart de ces spots? Les services publics. Zut alors, elle n'y a certainement pas pensé (parce que je ne peux pas imaginer qu'elle ne le savait pas, ce serait une insulte à son intelligence).

 

13:32 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

Cher Benoît,
La publicité est désagréable et parfois nuisible (boissons alcoolisées, par exemple) mais les chaînes aiment les "sponsorisations".
L'excès engendre une saturation télévisuelle.
Mélangeons ces deux évidences.
Les publicités vendues à un tarif double par minute dureront deux fois moins longtemps. Echanger des bidons de lessive peut se faire bien plus rapidement sans nuire au message d'intérêt général transmis.
Economies de réalisation des films, protection des cerveaux des matraqués malgré eux!
Amitiés.
P.S. Les droits de retransmission des matches de foot sont un autre scandale dû à la loi de l'offre et de la demande. Fixer par la loi un droit maximum pourrait résoudre le problème. Seuls quelques joueurs surpayés y perdraient.

Écrit par : Armand | 14/02/2008

Cher Armand,
Je dis, tu dis, des dizaines de personnes (http://www.ieb.be/article/882) disent: agissons, étudions, débattons.
Mais cessons de parler dans le vide et de bipolariser le débat.
Et cessons d'exiger la fin de la pub (après avoir demandé son augmentation) sans proposer d'alternative, ce que fait le MR actuellement.

Écrit par : Benoît | 14/02/2008

... Je crois que tu peux insulter son intelligence, tu sais :))

Écrit par : aldagor | 14/02/2008

Je crois que c'était du second degré ;-)

Écrit par : Benoit | 14/02/2008

Bon, ben, poussons le raisonnement jusqu'au bout : si on coupe les 25% de budget tout en rallongeant le temps d'antenne des 12 minutes/heure de canal pub, cela risque de mettre la télé publique dans le rouge plus qu'elle ne l'est déjà.
Le maintien en l'état n'est pas même une garantie d'équilibre.
Inversons donc le postulat : on met des canaux pub de 50 minutes et on ne doit financer que 10 minutes d'émission par heure. Comme le Belge est un accro maniaque de la publicité, il reste scotché à son écran, comme en témoigneront les sondages Ipsos et autres décomptes télévisuels. Résultat : audiences dopées et tarifs publicitaires en hausse. On profite des 10' d'émission d'intérêt général pour aller faire pipi et recharger le plateau chips-saucisson-bière.

Au final : une RTBF qui fait de plantureux bénéfices, dont les surplus pourraient servir à éponger d'autres "trous" wallono-bruxellois.

Et tant qu'à faire, pourquoi financer les 10' d'émission - puisque les gens en profitent pour s'acquitter de toutes les contingences que la nature leur impose ? Une bête mire devrait suffire... jusqu'à ce qu'on découvre qu'après tout, 60 minutes de pub par heure, c'est encore 10' de recettes gagnées par rapport à 50 !

C'était pas ça, le créneau de Liberty TV ?

Écrit par : Pacotille | 15/02/2008

le rôle des pouvoirs publics est il de subsidier les médias ?
Si l'argent qui est pris au contribuable pour financer des télés, des radios, des journaux lui était rendu , il pourrait sans doute choisir lui même de payer pour une chaine qui lui plait (par exemple sur BeTV il existe des chaines culturelles ou d'information géniales et bon marchés).

Écrit par : eric | 17/02/2008

le choix n'est pas forcement entre la pb et le fiancement public , la solution la plus "saine" me semble t'il serait l'abonement.
les chaines de tele de cette nature existent , sont de bonne qualité et sont relativement bon marché ("planete", "histoire",etc... )
ce qui coute cher ce n'est pas la culture mais le cinéma et le sport!

Écrit par : eric | 17/02/2008

à Eric A la base, le débat n'oppose pas ceux qui sont pour ou contre la publicité à la télévision. Je crois pouvoir dire qu'ici Benoit critique l'instrumentalisation du débat par le MR qui suit la vague Sarkozy sans proposer de solution...
Nous sommes tous évidement pour une télévision publique sans publicité, mais bon, faudrait dans ce cas dire adieu aux intérêts notionnels, entre autres

Écrit par : aldagor | 18/02/2008

Vous reprochez au MR de ne pas apporter de solution à la suppression de la pub, je vous donne la mienne ;-)
Je ne suis pas pour une télé publique mais pour des télé privées financées ni par la pub ni par la redevance mais par les abonnements de leurs spectateurs.
Cette solution ne semble intéresser personne en Belgique, sas doute parceque les medias sont vus par les partis comme des moyens de propagande, une télé publique c'est une télé controlée par les politique (quel que soit le parti d'ailleurs), le même raisonement s'applique aux syndicats , aux mutuelles, aux intercommunales, à l'enseignement....
Le monde politique a une furieuse tendance à chercher à tout contrôler dans ce pays.

Écrit par : eric | 18/02/2008

Eric, financer un média ne signigie aucunement le contrôler. Le PS est majoritaire au CA de la RTBF: croyez-vous que le PS soit épargné par la RTBF? Croyez-vous que les reportages de Defossé ou du JT passent sous silence les "affaires" de Charleroi, Huy,...?

L'accès gratuit à une information objective est une des qualités d'une démocratie.

Rendre payant l'accès à l'info la rend de facto limitée une frange de la population.

Et puis on peut alors se poser la question de l'intérêt d'une chaine uniquement dictée par des impératifs économiques: va-t-elle diffuser des films, séries, reportages consensuels (St-Malo, les safaris au Kenya ou les pyramides d'Egypte)... ou un jt, des émissions sociétales, etc.?

Regardez (et la palette est vaste) BETV, AB3, AB4, Plug TV,... Pourtant, ces chaînes vivent sans subside, elles ont donc une indépendance rédactionnelle totale... Où sont les JT? Les émissions qui abordent l'actu? Dénoncent les dérives?

Enfin, quand vous dites que ce n'est pas l'info qui coûte cher mais le cinéma et le sport, ce n'est pas tout à fait exact. En fait, tout coûte cher: la D1, la F1, le dernier Tom Cruise... mais aussi un JT avec des équipes qui couvrent toute la Belgique, les correspondants à l'étranger, les envoyés spéciaux,... mais aussi les émissions de fond avec des journalistes qui peuvent parfois passer des mois sur un seul sujet.

Écrit par : Benoît | 18/02/2008

"Eric, financer un média ne signigie aucunement le contrôler"

"Vous croyez vraiment à ce que vous dites là ? sérieusement ??? ;-)
En Belgique la télé publique est non seulement financée par les pouvoirs publics mais en plus ceux-ci mettent à sa tête des dirigeants en fonction de leur couleur politique (le conseil d'administration de la rtbf est constitué dans les mêmes proportions que les élus du Conseil de la Communauté française , c'est une obligation légale !!!).
Financer un média et désigner ses dirigeants sur base de leur appartenance politique ce n'est pas contrôler le média pour vous ?

"Le PS est majoritaire au CA de la RTBF: croyez-vous que le PS soit épargné par la RTBF? Croyez-vous que les reportages de Defossé ou du JT passent sous silence les "affaires" de Charleroi, Huy,...?"

Je dis que le pouvoir contrôle (partiellement) les médias publics, je ne parle pas du PS uniquement (d'ailleurs si vous voulez un avis personnel, "PS" et "POUVOIR" vont être de -en- synonymes dans les années à venir ;-)

"L'accès gratuit à une information objective est une des qualités d'une démocratie."

Cet accès n'est jamais gratuit !
on le paie tjs , que ce soit par une redevance, par un abonnement ou par la publicité.
Je revendique simplement pour chaqu'un la liberté de choisir sa source d'information car ce choix est lui aussi la caractéristique d'une démocratie.

"Et puis on peut alors se poser la question de l'intérêt d'une chaine uniquement dictée par des impératifs économiques: va-t-elle diffuser des films, séries, reportages consensuels (St-Malo, les safaris au Kenya ou les pyramides d'Egypte)... ou un jt, des émissions sociétales, etc.?"

Je partage votre inquiétude mais quand on regarde avec un peu d'objectivité une chaine publique comme la rtbf, on y voit autant d'émission débiles et de séries télé à la noix que d'émissions de qualités comme celle que vous citez!
J'aime bien la rtf pour certaines émissions mais quand on compare la qualité et le choix proposé avec le prix de la redevance on est bien obligé de constater que le rapport qualité/prix est en dessous de tout !
(à comparer par exemple avec les chaines du bouquet BeTV)

eric

(pourquoi quand j'interviens sur un forum de gauche j'ai toujours en me relisant l'impression de parler comme un militant MR ? ;-) )

Écrit par : eric | 18/02/2008

si vous êtes l'eric que je crois votre position est parfois incroyable! Tour à tour vous vous revendiquez d'avoir voté ecolo, puis vous vous positionnez comme quelqu'un qui quasi habite un appart. pourri rue St-Nicolas, puis comme un conservateur qui défend morale, calme (mortellerie, aucune "pseudo" (c'est votre mot) animation dans le centre de Namur, anti-sdf, anit-jeunes..., puis comme libéral... ?
Seriez-vous camélon selon les blogs et les posts que vous fréquentez?

Écrit par : deborah | 18/02/2008

HARGGHHHH !!!
Mais vous êtes partout !
vade retro Deborah !!!!
;-)

Écrit par : eric | 18/02/2008

Je suis bien celui que vous pensez mais j'habite un chouette appartement dans le centre ville (pas dans la rue Saint-Nicolas), sinon le reste est un peu simpliste mais pas faux : vous trouvez incompatible de voter Ecolo et défendre la morale ?
Si être conservateur c'est se désoler de voir des gosses picoler avec les sdf alors oui je suis conservateur, si râler qu'on décide pour moi (et à mes frais!) ce que je dois regarder à la télé alors oui je doit être libéral !
Je ne me sens pas obligé de souhaiter le régularisation des sans-papiers simplement parceque j'ai confié mon vote à Ecolo ni d'être heureux de voir les pouvoirs publics se mêler de tout parceque je me considère comme étant de gauche, je ne me sens même pas obligé de ne pas me contredire ni d'avoir toujours raison!
Je préfère les idées aux idéologies et les hommes aux partis.

Écrit par : eric | 18/02/2008

"vous trouvez incompatible de voter Ecolo et défendre la morale " : si vous avez vu il y avait une virgule et toute une série de choses après.

Écrit par : deborah | 25/02/2008

Les commentaires sont fermés.