11/01/2008

A l'UMP, tout est possible

«le juge en matière électorale, ce sont les électeurs»

Ainsi parle le secrétaire général adjoint de l'UMP (parti de Nicolas Sarkozy) pour justifier le retour sur l'avant-scène politique d'un élu UMP (Christian Vanneste) condamné en 2006 pour propos homophobes.

Selon l'UMP, quoi qu'en dise la justice, le choix de l'électeur prime.

Quelle est la prochaine étape, une alliance avec le FN, sous prétexte que les propos extrémistes de ces élus sont certes condamnables par un juge mais bénéficient du soutien des électeurs?

Après la grâce présidentielle, voici la "grâce élective".

Une notion bien particulière de la séparation des pouvoirs à l'UMP...

Benoît

16:45 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Cher Benoît,
Les électeurs n'ont pas de mémoire, c'est bien connu...
Les politiciens de tous bords le savent et en tiennent compte.
La seule bonne politique est d'ouvrir les yeux aux électeurs AVANT les élections. Les livres d'histoire (ou pour les candidats les moins médiatiques, les faits-divers des vieux journaux) ont leur utilité.
Je n'aime pas trop Bush, mais si les américains l'ont élu, je n'ai rien à redire! C'est le principe de la démocratie.
Amitiés

Écrit par : Armand | 11/01/2008

salut Benoît tout d'abord tous mes voeux pour 2008. A Armand aussi d'ailleurs...
En ce qui concerne le post, et bien il n'y a rien de bien étonnant à pareils propos. Va donc voir les sites et blogs des partis de droite et tu verras que le terme (sans jeu de mot malsain, tu me connais) le plus souvent utilisé est "démocratie". On te le sert à toutes les sauces...
Hitler comme Bush ont été élus démocratiquement.

Écrit par : Gregg Le Rouge | 11/01/2008

.. Tout à fait d'accord avec Gregg sur "l'élection" de Bush. La démocratie a bon dos.
Pour ce qui est de l'UMP, n'est-il pas illogique de parfois parler de la sanction des électeurs, puis de demander à une consultance privée (mais pas privée de deniers publics) d'évaluer la performance des ministres.
Les Français sont bien dans la merde, d'avoir si mal voté.

Écrit par : aldagor | 12/01/2008

Permettez-moi de ne pas être d'accord avec vous sur ce point : j'estime pour ma part que TOUT doit pouvoir être dit - en juger autrement, c'est de la censure préalable.

La seule manière d'être juste avec tout le monde, c'est de laisser libre cours à une liberté de parole intégrale. Car la sensibilité étant variable chez chacun d'entre nous, une parole sera jugée blessante par l'un et pas par l'autre (prenez l'affaire des caricatures, par exemple). Partant, s'il n'y a pas de limite "objective" définissant ce qui est acceptable de ce qui ne l'est pas (d'autant que ce sont les hommes qui définissent ce caractère - et qui dit "homme" dit subjectivité), rien n'est jamais ni totalement acceptable, ni totalement inacceptable puisqu'il se trouvera toujours bien quelqu'un qui jugera, selon le cas, que c'est onaanvaardbaar ou au contraire tout à fait légitime.

D'autant que la sanction, si sanction il devait y avoir, dépend aussi d'un juge (en admettant que l'affaire soit portée en justice) et qu'un juge étant un homme, c'est faire droit à la subjectivité...

Et on repart pour un tour.

Que chacun garde donc son droit intégral à la parole, et après, on se retrouve derrière le local pour régler ça... entre hommes !

Écrit par : Pacotille | 16/01/2008

Les commentaires sont fermés.