03/09/2007

Jean-Marie Sevrin doit bien rire!

Depuis le 10 juin (et bien avant), le MR a un projet de société qui peut se résumer ainsi: "Sans le PS".

Pour le contenu, on attend encore mais peu importe, ce sera sans le PS. Et l'objectif étant atteint (le PS n'est à aucune table de négociation), le MR affiche l'arrogance des grands jours. Lui, son objectif est atteint.

Mais comme un message politique est vite oublié, on retape le clou de temps en temps avec en couplet "nous sommes la première famille politique du pays". Ce couplet connaît des variantes pour ne pas lasser l'auditeur. On nous dit - aujourd'hui que le MR est le premier parti de Wallonie - que le scrutin majoritaire serait la solution à tous les maux.

Etrange que ce souhait soit exprimé uniquement lorsque le MR est le premier parti, pas lorsqu'il est derrière le PS.

Mais le plus drôle reste à venir. Aux Estivals de Chevetogne (le mot Université d'été est trop connoté, surtout depuis qu'un prof d'unif est devenu ministre PS), le Président du MR plaide pour une fusion des gouvernements wallon et francophone, laissant entendre que seul le PS est contre cette idée.

On en revient à la première idée: "Sans le PS". Peu importe que ce soit une bonne idée (ou que cela réponde au problème actuel): c'est une idée qui ne vient pas du PS donc elle est certainement bonne.

J'essaye d'imaginer ce qui doit passer par la tête de Jean-Marie Sevrin, député MR et éphémère président du parlement de la communauté française. Le premier homme politique influent (càd dans la majorité) à avoir émis l'idée, c'était lui. Nous sommes au début du siècle et son président DD (Daniel Ducarme pour les non-initiés) le limogea sur le champ.

Doit-il savourer l'instant, se dire qu'il a eu raison trop tôt (ce n'est jamais bon en politique) ou au contraire se dire qu'il est temps de demander des comptes au MR qui a mis un sérieux frein à sa carrière?

Mystère...

13:53 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : mr, fusion, sevrin, ducarme, reynders |  Facebook |

Commentaires

... Vivement 2009 que le MR vire son président déchu et déçu :))

Écrit par : aldagor | 03/09/2007

Tu parles d'un projet de société... Le seul projet du MR lors des dernières élections, était de "virer" le PS de la majorité gouvernementale. et à part çà?... Le PS au moins est UN parti et pas un savant mélange d'un peu de tout mais surtout de gens qui sont loin de parler le même langage... Tiens, un exemple, croyez vous que la "famille Michel et le 'clan Reynders" soient sur la même longueur d'onde ?... et on vous parle pas des MCC et FDF...

Écrit par : ADUB | 04/09/2007

cela dit... ... je ne pense pas que messieurs Close et Anselme, tous deux PS, aient tiré à la même corde au cours des 6 années du défunt mayorat !
... Et je ne pense pas non plus que Van Cau et Di Rupo iront en vacances ensemble - sans parler des querelles de clocher au sein du PS liégeois, de l'opposition "jeunes adeptes du renouveau" et "vieux crocodiles" à Charleroi et des luttes d'influence pour la suprématie des Hennuyers ou de ces mêmes Liégeois au sein du Parti.
Et ne mentionnons même pas l'électron libre bruxellois (Philippe de son petit nom...).

Alors oui, le MR est un ramassis d'opinions et de tendances diverses.
Mais il en va de même du PS. Et du cdH (tendances "vieux croûtons" à la Nothomb/Delperée, tendances "jeunes frivoles" à la Milquet/Wathelet Jr). Même écolo n'est pas à l'abri de torsions intestines entre les sages dogmatiques créateurs du parti (et désormais proches des 70 balais) et les pragmatiques Javaux et consort.
Tout cela reflète bien évidemment la diversité d'opinion de la grande masse des Wallons - on n'est jamais à 100% d'accord avec le voisin (ne serait-ce que d'une petit demi-pour cent portant sur l'heure du chant du coq le dimanche dès potron minet).
Mais quel que soit la rive à laquelle on s'abreuve, l'honnêteté commande de reconnaître que cet éclectisme (certains diront cette "dispersion") n'est pas le propre de tel ou de tel parti.
Quand le pavé tombe dans la marre, ils sont tous éclaboussés...

Écrit par : pacotille | 05/09/2007

...
quelle que soit la rive
et
la mare,
bien évidemment !
Ah ! ces foutues petites cases de 5 lignes qui rendent fastidieuse une relecture globale !

Écrit par : pacotille | 05/09/2007

... Pacotille,
Je suis d'accord avec toi: il y a à boire et à manger dans tous les partis et une critique qui vaut pour l'un vaut souvent pour l'autre.
Sauf qu'ici, je ne parle pas d'avis divergents au sein d'un même parti... mais du même avis (la fusion CFB/RW), qui a valu une sanction immédiate à JM Sevrin alors qu'aujourd'hui, c'est le président du MR lui-même qui l'exprime.

Écrit par : Benoît | 05/09/2007

Bien noté - ma réaction ne visait que le commentaires qui la précédait immédiatement.

Pour le reste, les cimetières sont peuplés de gens ayant eu raison trop tôt, et je crois même savoir que Benoît XVI (viserais-tu la XVIIe place ??? (;o) ) ne remettrait pas en cause les enseignements de Galilée, condamné à l'époque par l'église... pour avoir eu raison contre l'avis omnipotent des religieux du moment.
Autrement dit, même parmi les plus illustres, mêmes les plus imbéciles finissent parfois par changer d'avis.

... et personnellement, j'ai toujours dit que c'était une "bièstrie" de multiplier les niveaux de pouvoir comme on le fait au sud du pays !
A l'époque de la mondialisation, voire de l'UE (qui n'est qu'une mini-mondialisation à l'échelle continentale), je serais partisan d'une pyramide à 3 échelons : le communal, parce que c'est le niveau qui est en contact direct avec les citoyens et qui peut agir directement sur les petits problèmes locaux (exemple parmi d'autres : les nids de poule au sortir de l'hiver), un niveau régional (mais à entendre au sens européen du terme - pas nécessairement la "région wallonne" - mais par exemple l'Euregio, c'est-à-dire la possibilité de mettre en oeuvre des projets de grande ampleur à l'échelle d'une région homogène, soit en termes de langue vernaculaire, soit en termes d'objectifs communs, soit en termes d'unité géographique - pourquoi pas imaginer une région "Corse-Sardaigne", par exemple)); et enfin, un niveau supra-régional (appelons-le ainsi), correspondant actuellement à l'UE qui, in fine, finira de toute manière par tout régenter.

Et dans cette configuration qui me semble être la plus efficace et où devront obligatoirement se diluer les petits intérêts nationalistes/régionalistes (au sens actuel du terme), personnellement, je ne prêterais plus aucun intérêt aux niveaux 2 et 3 (ceux "d'en haut"), parce que de toute manière, ils sont inaccessibles et n'offrent aucune possibilité de levier de pouvoir (parce que dans l'état actuel des choses, même si le Parlement européen est conçu comme un contre-pouvoir à la Commission et au Conseil, force est de constater que ce sont toujours ces deux derniers qui mènent la danse; donc, les élus du peuple ne jouent actuellement qu'un rôle de figurants).

Je préfère que le pouvoir local s'occupe des problèmes locaux, quels qu'ils soient (les nids de poules précités, les sans logis du coin, la politique économique de la commune, les infrastructures de services locaux, pour n'en citer que quelques-uns...) que de prêter la moindre attention à un quelconque règlement qui formate le cul des poules pour garantir la production d'oeufs hyper-calibrés ! (exemple ici aussi choisi)

Et pour ma part, si ce n'était l'hypothèque qu'une scission ferait plâner sur mon activité professionnelle, je signerais volontiers pour l'indépendance de la Flandre. Dans un couple qui ne s'entend plus, mieux vaut divorcer que passer son temps à se taper sur la gueule. Que chacun refasse sa vie de son côté et vogue la galère, cela n'empêchera pas le monde de tourner !

Écrit par : pacotille | 05/09/2007

@pacotille : le "savant" mélange de mon commentaire n'a rien à voir avec votre "ramassis", mot un peu dur pour un regroupement de gens certainement animés de bonnes intention mais qui sont loin de donner l'image d'entente qui est, comme vous le faite, aussi critiquable chez les "autres", mais qui eux n'ont pas objectif de former une équipe gouvernementale

Écrit par : ADUB | 05/09/2007

nuance : qui n'ont pas l'objectif AVOUE de former une équipe gouvernementale. Le PS n'attend qu'une chose : que l'échec perdure pour que les négociateurs soient contraints de l'inviter à former une tripartite traditionnelle.

Pour le reste, je le concède aisément, "ramassis" a une connotation négative un peu forcée là où j'aurais pu prétendre utiliser un mot neutre. Mais quelque part, cette notion négative est de bon aloi car si je souscris à certaines idées et programmes politiques, je considère néanmoins que les hommes qui les proposent ou les défendent (?) sont infréquentables.
Pour paraphraser Rousseau en le détournant de sa source, je ne dirai pas "l'homme est bon, c'est la société qui le corrompt", mais "l'homo politicus est (peut-être) initialement idéaliste/vierge de tout soupçon, c'est la fonction qui le corrompt".
Ils constituent pourtant un mal nécessaire car tout programme politique, comme tout projet de société, a besoin d'hommes pour le porter.
Malheureusement, car l'homme est fai(lli)ble...

Écrit par : pacotille | 05/09/2007

C'est la fonction qui le corrompt... ...voila au moins un point sur lequel beaucoup seront d'accord, bien que je trouve l'expression "corrompt" un peu forte ; il n'y a pas que Charleroi... Mais c'est vrai qu'il faudrait limiter la fonction politique et publique dans le temps afin d'éviter l'installation dans une routine et s’apercevoir que, petit à petit, le "pouvoir" finit par laisser croire à celui qui le détient qu'il possède tous les dons et tous les droits. Et c'est de là que naissent les dérives.
On connaît bien des entreprises qui n’hésitent pas à transférer leurs cadres d’une unité d’exploitation ou service à un autre, afin d’éviter que des (mauvaises) habitudes ne se prennent ou que des « copinage » ne s’installent entre les différents niveaux de décisions…

Écrit par : ADUB | 05/09/2007

je ne parlais pas que de Charleroi - c'était une réflexion globale sur le/la politique.
Mais c'est également valable pour les autres types de pouvoir (économique, entre autres).

Pour le reste, je suis parfaitement d'accord.

Écrit par : pacotille | 05/09/2007

Les commentaires sont fermés.